Hommes sculptures

Partir de la photo d’une personne pour la représenter comme un objet sculpté, tel est le procédé mis en place dans ce début de série. Le fond est uni et mat, il souligne le sujet à la manière des murs d’une scénographie de musée. En utilisant des codes de l’académisme et en supprimant les vêtements, les modèles sont sortis de leur époque et ont un aspect intemporel. Les couleurs de peau et de cheveux sont unifiés avec l’utilisation des couleurs des matières de la sculpture. Cette image épurée transforme-t-elle la personne en objet sans âme ou au contraire donne-t-elle à voir l’essence de sa personnalité ?

L’artiste choisit des inconnus et les met sur un piédestal de son propre point de vue, par son goût personnel pour certains types de physique. Sans autre élément que la forme physique dans un choix arbitraire, l’individu est glorifié tel un héros. On peut peut être retrouver ce sentiment d’inconnu devant des sculptures anciennes de personnages dont on connaît l’histoire mais qu’on n’a jamais pu connaître personnellement. Il ne reste de la personne qu’un objet qui le représente. L’objet d’art a-t-il une âme ? Un objet peut-il être expressif, vulgaire, gênant, troublant ?

Ces codes d’uniformisation de la représentation mis en place aident à regarder les sujets tous de la même manière sans à priori. Peut être serait-il bon de regarder ainsi nos semblables, il s’agit en quelque sorte de retirer les artifices de l’habit et des airs qu’on se donne, pour ne garder que l’essentiel. être soi-même ou se mettre en valeur par des artifices ; ou se mettre en valeur en étant soi-même dans un dépouillement de moyens ? Si il existe des ressemblances entre nos contemporains et des statues vieilles de plusieurs décénies ou plusieurs siècles, peut être est-ce un signe que ces sculptures détiennent une sorte d’universalité de l’humain.


 
Visite virtuelle de l’exposition Hommes sculptures au Centre LGBT Paris IdF (avril/mai 2017)

 
Visite virtuelle de l’exposition Hommes sculptures à la Mairie du 3e de Paris (février 2017) lors de la 2e édition du Festival des Cultures LGBT

Chaîne Youtube